La Coupe du monde uni à Ploërmel

500 personnes ont participé, du 26 au 30  juillet à la Mariapolis de Ploërmel. Cette Mariapolis a été caractérisée par la présence des jeunes générations (un tiers de moins de 18 ans) et de jeunes familles, marquée par la situation difficile en Irak et à Gaza (Cf lien avec interview reçu en cours de session).

Tandis que les adultes débutaient leur première journée sur le thème « quand l’amour devient réciproque », les enfants de 4-9 ans s’engageaient dans la « Coupe du monde uni » qui allait se poursuivre durant tout le séjour. Invitation était faite à tous, grands et petits »  de « partir à la rencontre de l’autre », prêt à s’enrichir de ce qu’il peut nous apporter. Après le programme du matin, avec l’approfondissement du thème de la journée et les témoignages (en paroles ou en sketches !), accompagné par le tonique groupe musical, chaque journée se poursuivait entre ateliers, balades, forums et partage des tâches quotidiennes, en particulier au camping, terrain d’entraînement privilégié pour vivre les enseignements du matin.

Parmi les impressions des participants le dernier jour, l’un d’entre eux se proposait d’apporter plus d’amour autour de lui, d’être plus accueillant, tolérant, respectueux envers notamment un collègue avec qui la relation est difficile ; un autre s’engageait à aller plus en profondeur dans la relation avec les personnes rencontrées. « La fraternité, ça se conquiert, confiait Jacques, mais au fond ça n’est pas si difficile que cela ! » Gwénaëlle Delalande et Henri-Louis Roche, les deux délégués des Focolari pour la France, ont donné les perspectives pour la rentrée : avec l’Assemblée internationale des Focolari à Rome, les orientations de l’année pour tenter de répondre aux besoins de la société : être attentifs à l’accueil de l’étranger, se mettre encore plus au service de l’Eglise…

Le thème de cette dernière matinée – « Une fraternité partagée, fondement et route pour la paix » – collait parfaitement à ce programme d’année. Dans son développement, Rose-Aimée relatait justement l’histoire émouvante d’un jeune mauritanien, suivi dans la structure d’accueil qu’elle dirige : illustration que la détermination d’une équipe soudée peut mettre à mal les plus gros obstacles. Et elle rappelait les parole du pape François sur la fraternité, « une dimension essentielle de l’homme » : « Cette bonne nouvelle, disait-il, réclame de chacun un pas de plus, un exercice persistant d’empathie, d’écoute, de la souffrance, de l’espérance de l’autre, y compris celui qui est plus loin de moi, en s’engageant sur le chemin exigeant de l’amour qui sait se donner et se dépenser gratuitement pour le bien de tout frère et de toute sœur. »

Un des fruits de ces quelques jours : la « communion des biens » – somme d’argent recueillie une fois tous les frais couverts – a pu être envoyée pour soutenir les Mariapolis dans des pays émergents. A.B.

no images were found

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :