Le pape François : la fraîcheur de l’Esprit Saint

« Avec toute l’Église, nous sommes vraiment heureux de cet événement qui montre la vitalité de l’Église et la fraîcheur de l’Esprit Saint qui trouve toujours le moyen de surprendre.

Au-delà de la surprise, – parce qu’il n’était certes pas l’un des cardinaux dont on parlait – nous avons la joie de penser que c’est également un signe de nouveauté pour l’Église d’aujourd’hui. Il me semble que l’Église est en train de vivre une période spéciale qui a commencé par la renonciation de Benoît XVI au ministère d’évêque de Rome, qui continue avec ce nouveau pape suscitant un écho extraordinaire dans le monde entier.

Le choix du nom de « François » est très significatif parce qu’il me paraît exprimer le désir d’un retour à l’aspect radical de l’Évangile, à une vie sobre, à une grande attention à l’humanité ainsi qu’à toutes les religions.

En outre, le fait que ce soit un jésuite qui choisisse le nom de François, me semble particulièrement digne d’être pris en considération : il me semble que cela signifie l’ouverture aux charismes, à tous les charismes, la reconnaissance de ce qu’il y a de bon en chacun d’eux et [la volonté] de le valoriser.

J’ai été encore particulièrement frappée par le style simple, familier, de sa première sortie sur le balcon : j’ai eu l’impression qu’il avait su toucher le cœur des hommes, des femmes, des enfants qui étaient là. En ce moment où l’humanité expérimente tant de grandes souffrances, je pense qu’il est nécessaire que quelqu’un soit capable de toucher les cœurs et de faire sentir à tous, la joie d’avoir un père et un frère qui nous aime ».

Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari

 

Commentaire du théologien Piero Coda, recteur de l’Institut Universitaire Sophia (près de Florence,Italie), géré par les Focolari.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.