Le pape François reçoit en audience Maria Voce et Giancarlo Faletti.

« Une entrevue amicale » – déclare Maria Voce en conclusion de l’audience. « Cela nous a montré combien le pape tient à un christianisme engagé et de communion » »Le pape François a particulièrement à cœur la vie de l’Évangile – poursuit la présidente. Il nous a dit d’aller de l’avant avec courage et avec joie, parce qu’un christianisme sans joie n’obtient rien. Donc un christianisme engagé, de communion et joyeux. »

La rencontre a permis de parler de la présence et des initiatives du Mouvement des Focolari dans les différentes zones du monde, mettant en évidence l’apport spécifique qui émerge sous les différentes latitudes. « Le pape François nous a remerciés pour le travail que le Mouvement fait dans le monde entier », continue Maria Voce.

Ils ont pu retracer l’engagement des Focolari sous différents aspects: de l’action diffuse, matérielle et spirituelle, en faveur des familles et des jeunes dans de nombreuses localités de la Syrie, aux initiatives culturelles promues en Chine; du dialogue interreligieux avec des représentants bouddhistes, musulmans et juifs, à l’engagement dans le projet « Amazonie » lancé par la Conférence épiscopale du Brésil pour l’évangélisation de cette immense zone; des témoignages de pardon et de réconciliation dans différents pays d’Afrique blessés par la guerre, à la revitalisation de rapports de fraternité et de réciprocité dans les quartiers anonymes de différentes métropoles d’Occident, en passant par l’entreprise d’initiatives dans la sphère sociale, comme l’Économie de Communion.

© Le pape François reçoit Maria Voce en audience privée

Le voyage en Jordanie à peine terminé, où ils ont rencontré les communautés des Focolari du Moyen-Orient et du Nord de l’Afrique, Maria Voce a pu communiquer au pape l’expérience de ces jours de tension et d’incertitude. Là aussi, ils ont vécu la journée de jeûne et de prière pour la paix le 7 septembre dernier, avec les personnes du Mouvement présents à Amman, qui appartiennent à différentes Églises et religions. « On sentait la grande ouverture du pape à toute l’humanité et son désir de l’embrasser avec cette prière », continue Maria Voce. « Et le Moyen-Orient entrait dans cette embrassade. »

« À travers ce qu’il nous a dit – conclut Maria Voce – on ressent combien le pape apprécie l’appartenance aux mouvements. En parlant de l’une ou l’autre situation, il disait combien il est important que les mouvements le soutiennent. On sent que le pape reconnaît la capacité de remettre au premier plan la radicalité de la vie évangélique. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.