Le parfum de Dieu, au coeur de nos fragilités

DU 9 AU 16 JUILLET, CINQUANTE RELIGIEUX ET LAÏCS ONT VÉCU UN TEMPS DE RESSOURCEMENT AU CENTRE MARIAPOLIS DE SAINT-PIERRE-DE CHARTREUSE.
Animée par Florence Gillet et Gianluca Falconi, cette retraite visait à faire vivre ce coeur à coeur amoureux avec Dieu dont la Parole transforme le regard et bouleverse les vies.

Le travail de préparation de cette session a creusé ses sillons à plusieurs endroits : dans le creuset du temps, dans l’esprit et le coeur des intervenants, et dans leurs échanges pour
construire un fil rouge entre leurs visions et approches respectives, données sous forme d’enseignements.
Gianluca Falconi revient sur sa motivation pour animer cette retraite. « Lors de mes vacances en montagne au cours de l’été 2021, j’ai beaucoup médité sur l’Évangile de Luc. Certaines pages
m’ont profondément touché, notamment celle de la pécheresse et du pharisien (Lc 7) qui met l’accent sur la foi comme expérience de rencontre et d’amour entre deux coeurs. C’est le centre de l’Évangile : l’amour de Dieu n’est pas soumis à notre capacité à faire ou à ne pas faire le bien ou le mal, il ne dépend pas de nos mérites », rappelle-t-il. « Je ne voulais pas donner la
synthèse d’une somme de lectures, ni une parole de savant, mais ce que cette découverte m’avait fait vivre pendant un an ».
La retraite, rythmée par des temps de silence, des échanges en groupe et interpersonnels, visait à communiquer aux participants le désir de vivre eux-mêmes cette page d’Évangile. « Nous avons pris conscience que nos fragilités, tout ce qui en nous est regrettable, est le chemin privilégié pour rencontrer Dieu. L’expérience de la joie peut se faire grâce à l’existence de nos défauts », admet Gianluca.
Les retraitants se sont arrêtés sur d’autres passages des Évangiles comme celui du lavement des pieds (Jn 13). « C’est l’amour réciproque qui donne le sens de l’eucharistie. La révélation
que Jésus nous fait de Dieu dans ce passage est incroyable ! Mettre au centre la parole de Dieu qui nous fait être frères, voilà l’expérience que nous avons voulu faire », conclut Gianluca. En
méditant ensemble la prière pour l’unité de Jésus (Jn 17), à l’aide de Florence Gillet, chacun a pu contempler le rapport intime de Jésus avec le Père, un rapport qu’il nous a ouvert avec son amour inconditionnel : une expérience que chacun peut vivre et partager.
« J’ai vu combien j’avais encore à progresser dans la découverte de cet amour de Dieu pour tous ses enfants et pour moi en particulier, témoigne soeur Agnès, apostolique de Marie Immaculée.
J’ai vécu une vraie conversion en redécouvrant l’importance du service. Dieu lui-même veut servir l’homme. Et si on veut lui ressembler, cela passe par le service du prochain. Notre attachement à nous-mêmes, il s’agit de le laisser brûler par Dieu et de vivre en ressuscités. » « À un moment, continue soeur Agnès, Florence Gillet a parlé de laisser éclairer nos relations par la vie de Dieu. Sur le chemin du retour, j’ai réalisé que certaines de mes relations n’étaient pas dans la lumière. Alors je suis allée voir une soeur avec laquelle j’étais bloquée et je lui ai demandé un conseil. Quelle joie de voir que cela a permis de dénouer cette tension entre nous ! » 
Émilie TEVANE

Tiré de la revue Nouvelle Cité de septembre-octobre 2022

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.