Les Focolari réunis à Athis-Mons pour leur 60ème anniversaire

900 personnes, membres des Focolari et leurs amis étaient réunis du 9 au 11 novembre 2013 à Athis-Mons dans l’Essonne pour fêter le 60ème anniversaire de l’arrivée des Focolari en France. Ils sont venus des quatre coins de l’Hexagone, de tous âges, de tous milieux.

Ces trois jours ont été marqués par l’intensification de la vie de la Parole proposée plus particulièrement pendant ce mois de novembre : « Pardonnez-vous mutuellement comme Dieu vous a pardonné en Christ. » N’est ce pas d’ailleurs le sens du mot « jubilé » dans la Bible, une année anniversaire pour effacer les dettes et les peines, se voir neuf et repartir à zéro ? Sur la base des démarches de réconciliation vécues, s’engager de nouveau pour sceller le « pacte de l’amour réciproque » était devenu possible. Un moment fort et solennel, pilier de la spiritualité des Focolari.

Cet événement se voulait résolument tourné vers l’avenir. Gwenaëlle Delalande et Henri-Louis Roche, responsables nationaux, ont dressé le panorama des enjeux et des défis qui se posent aujourd’hui aux membres du mouvement immergés dans le monde. Dans la droite ligne des interventions du Pape François, ils les ont abordés avec franchise et humilité.

« Nous sommes prêts pour écrire une nouvelle symphonie ensemble. Risquer l’amour au quotidien » poursuivait une participante. Dans son message, Maria Voce, présidente du Mouvement des Focolari, a encouragé les participants à « diffuser la vie de l’Evangile ». « Je vous encourage à porter, par votre amour réciproque, la présence de Dieu, unique réponse valable aux attentes et aux problèmes de la société. »

Comment ne pas être édifié par la radicalité, la profondeur, l’audace et la fidélité des pionniers. L’émotion était palpable dans la salle à l’écoute de cette histoire très riche et lorsque, en images, la mémoire de ceux qui ont déjà rejoint la maison du Père a été rappelée. Nombreux sont ceux qui sont restés un long moment devant la fresque historique réalisée pour l’occasion. Il était facile ainsi de situer les développements du mouvement dans l’histoire des grands événements du monde et de la France. « Je mesure davantage ce que nous devons à ceux qui nous ont précédés », disait Geneviève.

« Dense, lumineux, vrai, harmonieux : chacun avait sa place des plus petits aux plus grands », disait un autre participant. Les enfants et les jeunes ont contribué en effet aux festivités par leurs questions parfois désopilantes aux plus anciens, ou par des animations artistiques.

Lundi matin les interventions et les témoignages illustraient comment la spiritualité des Focolari irrigue différents domaines de la société. Emouvant le témoignage de Cécile, rentrée depuis peu d’une année d’étude à l’institut universitaire Sophia en Italie. Elle expliquait combien elle a été touchée par la profondeur et la qualité des relations entre les étudiants venus des quatre coins du monde. A travers cette expérience de vie communautaire qui va au-delà de l’exigence disciplinaire habituelle dans les études universitaires, elle a découvert une dimension nouvelle de la foi, « trinitaire » dit-elle, qui dépasse le simple rapport personnel avec Dieu.

La politique ou le domaine de l’économie font partie des terrains d’engagement développés au cours de la matinée. Le management et l’action sociale aussi. Didier Debrand, membre des Focolari et directeur général de la Fed’Es, une fédération d’établissements pour personnes âgées, a expliqué qu’avec « le point du jour », réunion flash quotidienne, tous les collaborateurs d’un établissement peuvent être acteurs du projet et trouver des solutions aux difficultés concrètes dans un rapport d’égalité et de co-construction. Mettre l’accent sur les relations entre les personnes qu’elles soient résidentes, professionnelles ou parents, créer un climat de famille entre tous, c’est cela l’esprit d’unité que l’on peut insuffler dans le monde très réglementé et contraignant du travail.

« Personnellement je ne connaissais pas bien le mouvement Focolari, et j’ai beaucoup appris sur le sujet. Bravo, continuez et faites des disciples, le monde a tellement besoin de plus d’amour », s’est enthousiasmé un invité.

Monseigneur Michel Dubost, évêque d’Evry-Corbeil-Essonnes a présidé la messe de clôture en associant très chaleureusement les enfants. Il a rappelé sa rencontre personnelle avec Chiara Lubich au conseil pontifical à l’apostolat des laïcs. Ne pas juger, ne pas se comparer, faire confiance à l’Esprit saint, tels sont les mots-clés qu’il a voulu adresser aux membres des Focolari dans son homélie en ce jour anniversaire.

A noter également la présence de Mgr Rubén Darío RUIZ MAINARDI, Premier Conseiller de la Nonciature apostolique en France, et certains responsables d’autres mouvements : Gérard Testard, président du comité national d’Ensemble pour l’Europe, les responsables de Sant Egidio, Vivre et aimer, Claire amitiés qui ont voulu témoigner par leur présence les liens d’amitié qui les unissent au mouvement des Focolari.

no images were found

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :