Union Européenne: “Le dialogue n’est pas un rituel”

C’est ce qu’affirme Timmermans, le premier vice-président de la Commission Européenne, après la rencontre de ses hauts responsables avec 15 leaders religieux. Une initiative de la Commission elle-même. Les religions peuvent conduire l’Europe vers un mieux-être .

« Pour moi le dialogue n’est pas un rituel qui se répète chaque année et va rejoindre ensuite les rayonnages, mais une contribution essentielle pour résoudre les problèmes majeurs auxquels les sociétés européennes sont aujourd’hui confrontées : la peur de la différence, les conséquences de la crise, le maintien d’un environnement durable. Les religions peuvent jouer un rôle auprès des communautés pour nous aider à conduire l’Europe vers une situation meilleure que celle où elle se trouve en ce moment ». Ce sont les propos tenus par Frans Timmermans après la rencontre annuelle des hauts responsables avec les leaders religieux, autour du thème : « Vivre ensemble et accepter les différences ». En plus du premier Vice-président de la Commission européenne, il y avait Antonio Tajani, Vice-président du Parlement européen et quinze leaders religieux des communautés chrétienne, juive, musulmane, hindoue, bouddhiste et mormone.

20150616_800x600Pour comprendre le rôle joué par les religions, il suffit de voir le nombre croissant des rendez-vous qui ont lieu entre les institutions politiques et les responsables religieux. Ceux-ci sont consultés non plus séparément mais appelés à travailler ensemble en vue de résoudre les conflits, à la recherche du chemin qui permet de vivre ensemble et dans la paix. En témoignent le récent débat qui s’est tenu à l’ONU avec de hauts responsables sur « Tolérance et réconciliation », la rencontre des responsables religieux au Kazakhstan, l’attente du discours que prononcera le Pape François à l’ONU en septembre prochain, et maintenant, au niveau européen, cette rencontre à l’initiative de la Commission Européenne. Le rendez-vous d’aujourd’hui fait suite à celui du 2 juin avec les associations philosophiques et non confessionnelles et s’inscrit dans le cadre prévu par le Traité de Lisbonne.

Au cours de la conférence de presse des questions brûlantes ont été posées – concernant les politiques européennes d’immigration, l’augmentation des foreign fighters (qui partent de l’Europe pour faire le jihad), la naissance du groupe d’extrême droite au sein du Parlement européen – auxquelles imams, rabbins et évêques ont répondu. Le métropolite Joseph, de l’Eglise orthodoxe roumaine, a souligné le rôle des Mouvements ecclésiaux, comme celui de la Communauté sant’Egidio, en rappelant son engagement en faveur de la promotion du dialogue interreligieux.

20150616_121127Quant à Maria Voce, présidente du Mouvement des focolari, en sortant de ce long dialogue, elle a exprimé sa joie d’avoir participé à un échange vraiment libre, dans une réelle écoute. Elle a rappelé la Règle d’Or, commune à toutes les religions et cité comme exemple l’expérience du groupe interreligieux « Vivre ensemble à Cannes ». En marge de la rencontre elle nous a confié : « Il n’y a pas de religion qui ne veuille le dialogue, il n’y a pas de responsables religieux qui ne cherchent pas à faire tout leur possible pour le promouvoir. Cela permet d’espérer, parce que, malgré tout ce que nous voyons autour de nous, la religion peut vraiment apporter un message nouveau et aider ce processus de dialogue qui à certains moments semble presque impossible ». Elle insiste à nouveau en disant : « Il est important que les communautés participent à ce dialogue, pas seulement les leaders religieux, afin que de cette synergie naisse un laboratoire commun aux différentes villes d’Europe qui aide à ce que tous puissent vivre ensemble et dans la paix. On y parviendra à la condition de dépasser les sentiments de peur – qui sont toutefois compréhensibles face à l’inconnu – en vivant l’accueil, le respect, en développant notre capacité d’accueillir vraiment l’autre comme un frère ».
Les conclusions du débat du 16 juin viendront s’ajouter au matériel de préparation du premier congrès annuel de l’Union Européenne sur les droits fondamentaux. Il aura lieu le 1er et le 2 octobre 2015 et aura pour thème « Tolérance et respect : prévenir et combattre l’antisémitisme et l’islamophobie en Europe ».

Vidéo de la Conférence de Presse

Communiqué de presse de la commission européenne

Communiqué de presse du SIF (Service d’Information Focolari) – 12 juin 2015

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.